La planète google…

Print Friendly, PDF & Email

Inquiétante cette planète qui erre dans le cyber espace. Venue d’une contrée lointaine surnommée USA Google est en train d’affoler notre vieille terre européenne. En effet son projet de numérisation d’un ensemble de bibliothèques affole notre monde intellectuel, président de la Bibliothèque nationale de France en tête, M. Jeanneney qui en a fait un petit livre, tonique et questionnant. »Quand google défie l’Europe, Playdoyer pour un sursaut » (Mille et une nuits 2005). Le Monde, Télérama etc… il y a inquiétude généralisée. Fort heureusement l’ouvrage de Monsieur Jeanneney part sur un bon sentiment qui consiste à dire que l’important est de développer une stratégie alternative plutôt que de se lamenter. L’ennemi ce n’est pas Google, c’est le risque que court la planète avec la mondialisation de l’information. Ceci se présente sous la forme de deux écueils graves : le premier est l’inégalité des contenus, le second est l’inaccessibilité. L’affaire google confirme simplement la suprématie des contenus électroniques issus d’amérique du nord au moins en quantité. En fait le déséquilibre vient progressivement s’affirmer : les pays émergents les plus pauvres ne parviennent pas à « exister » sur la toile. ils commencent davantage par admirer la richesse des riches de se monde et en oublient de mettre leur propre richesse sur le web. Cette domination des contenus est peut-être provisoire, du moins pour l’asie du Sud Est, mais l’initiative de google nous rappelerait largement qu’à ne pas y prendre garde les contenus de certains pourraient vite devenir les seuls accessibles sur Internet et pour cause, à la quantité disponible s’ajoute l’accessibilité. En effet les modalités de fonctionnement de Google, de par leur efficacité supposée et parfois même constatée, l’ont imposé sur le marché des utilisateurs. Il devient donc facile de supposer une intention maléfique de certains qui pourraient détourner cet outil au service d’une domination culturelle partiale. C’est malheureusement l’un des points faibles de la démonstration de l’ouvrage de Monsieur Jeanneney. En effet quelque soit le moteur de recherche, la masse d’information à traiter est telle qu’elle ne peut que jeter dans l’oubli une masse exceptionnellement grande d’informations qui deviennent de plus en plus « grise », autrement dit quasi inacessible. En appelant à d’autres moteurs de recherche et en voulant promouvoir une numérisation massive des bibliothèques, il me semble que nous sommes en dessous de véritables enjeux : – en premier lieu promouvoir l’expression de toutes les cultures ici et maintenant, avant que l’habitude de fréquenter la culture dominante ne les fasse oublier, – ensuite développer les réseaux d’échange de savoirs, de contenus en développant la capacité humaine à rechercher réellement les contenus pertinents et à les mettre en lien.

Un nouveau moteur de recherche ne suffira pas à résoudre le problème de l’inaccessibilité, de nouveaux contenus de bibliothèques numérisés sont certes intéressants. mais ils sont insuffisant si l’on ne se soucie pas de réfléchir plus globalement à l’interaction entre l’être humain et la quantité d’information illimitée dont il est l’auteur potentiel depuis longtemps et pour encore de nombreuses années, mais espérons le, en respectant la diversité humaine

BD CEPEC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :