Blogs et RSS : une base de travail

Print Friendly, PDF & Email

Il y a plus de dix ans, concevoir un site web relevait d’une technique : la programmation. Le langage HTML, jadis vanté par un inspecteur général comme devant être enseigné dans les écoles, était alors au centre de la réflexion et des pratiques pour s’exprimer sur Internet. Très rapidement, des développeurs ont proposé des outils pour « concevoir des sites sans écrire une ligne de code ». D’aucuns se rappelleront avec émotion de leur premier claris home page ou autre programme qui leur avaient permis de réaliser rapidement leur premier site web. La presse s’était alors fait écho de ces pratiques qui révolutionnaient le droit d’expression a tel point que d’aucuns y voyaient une révolution dans les pratiques d’information. Certains même se voyaient lus dans le monde entier dès lors que leurs trois premières pages apparaissaient sur le web. Rappelons nous ces premiers sites d’école et ces premiers rassemblement de passionnés….

L’arrivée des logiciels appelés CMS (système de gestion de contenu – content management system en anglais) change depuis quelques années la donne. Après PHP Nuke puis SPIP, ce sont les blogs et les wikis qui ont pris le relais. Désormais plus besoin de lignes de codes, ni même d’hébergeur, mettre des contenus en ligne est devenu un acte accessible, sans coût et sans difficulté. Les dix années qui viennent de s’écouler ont permis d’observer cette évolution technique. Désormais le développement de contenus sur Internet devient un acte qui ne relève plus d’une pratique pionnière, mais d’une pratique ordinaire. Il faut pourtant y voir de plus près : est-ce une pratique ordinaire et partagée d’écrire et de montrer ses écrits sur Internet ? A entendre parler du nombre impressionnant de blogs créés, on peut le penser. A y regarder de plus près les choses ne sont pas si simples : en effet des milliers de blogs sont à l’abandon, quand ils n’ont pas simplement été d’éphémères tentatives, pour voir…

Jadis les liens entre les sites faisaient la joie de certains passionnés qui se sont empressés de faire un travail de recensement, créant des portails spécialisés, triant les sites par thème, qualité etc… Désormais, une autre évolution technique, le RSS, a fait évoluer la mise en lien des sites et surtout l’automatisation de l’actualisation des informations. Mettre en place sur son site un lien RSS c’est offrir la possibilité à ceux qui le souhaitent d’en suivre l’actualisation à l’aide de leur lecteur de flux. Encore faut-il savoir fabriquer ce lien. Or ces fameux CMS ont inclus cette possibilité automatiquement dans leur programme. Les blogs (DotClear, Movable Type etc…) sont de ceux là tout comme SPIP. Ils offrent ainsi à qui le souhaite la possibilité de se tenir au courant des nouveautés sans avoir d’autres action à faire que de lancer la procédure (un programme spécifique ou une option du logiciel de navigation ou de messagerie) pour s’abonner au lien.

On peut le constater la production de contenus et la mise en place de liens sur ces contenus a connu en dix ans une évolution importante. Encore faut-il se demander à quoi cela peut servir. En écoutant et en discutant récemment avec Mario Asselin, un ami Québecois qui a développé des portfolios dans son établissements et qui désormais travail à Opossum (société qui développe l’aide au établissements scolaires dans leurs projets TICE), j’ai pu observer qu’il avait enrichi sa pratique professionnelle grace au blog et au RSS. Il a tout simplement introduit dans l’ensemble de l’établissement l’habitude que chaque élève tienne un blog sur ses apprentissages. Chaque fois qu’un enfant réussi un apprentissage attesté par son enseignant, il met sur son blog la présentation de son travail. A l’aide du lien RSS, L’enseignant ou le directeur peut chaque jour être mis au courant des nouvelles fiches de validation réalisées. C’est alors que, en tant que directeur, il confirme cette validation en ajoutant à ce document un commentaire qui est dans le blog de l’élève lui même. Ainsi l’élève sait qu’il a été validé. Cette démarche portfolio soutenue par ce dispositif technique nous montre que le détournement d’outils est aussi un enrichissement des pratiques. Or la pratique de Mario reposait sur un projet pédagogique d’accompagnement individualisé des élèves basé sur les compétences (comme la réforme du primaire au Québec l’institue depuis 2000).

Du site web personnel référencé au blog avec ses flux RSS on constate une mutation technique. Encore faut-il que la technique ne vienne pas s’imposer aux usagers sans une véritable analyse des besoins. La raison de l’abandon de milliers de blogs est la preuve de cette absence de besoin, et d’un effet de mode. Pourtant il reste encore des pratiques à inventer pour répondre à de nombreux besoins qui émanent du terrain pédagogique : les outils qui évoluent méritent qu’on les évalue dans ce sens.

A débattre

BD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :