Partager, l'avenir des communautés

Print Friendly, PDF & Email

A l’heure du travail collaboratif, la question de l’aide à la vie des communautés est essentiel. Le choix des logiciels concernés est déterminant.

Cette liste de liens n’est certes pas complètement une nouveauté, mais permet d’envisager la question de façon assez large et surtout de servir de base à une réflexion sur l’actualité des communautés en ligne

http://www.plpage.net/
http://www.e-poke.com/
http://www.frheaven.com/index.php?maincat=2&subcat=27
http://www.yoono.com/index.html

http://salongascogne.free.fr/zebigweb/peer-to-peer.php
http://www.mayeticvillage.fr/home.nsf/Pages/HomePage
http://fr.groups.yahoo.com/
http://www.claroline.net/doc/fr/index.php/Accueil
http://www.anemalab.org/
http://moodle.org/
http://www.labset.net/formadis/moodle.htm

Internet repose sur deux piliers : l’information, la communication. Toujours imbriqués dans les faits (un peu d’histoire nous permet de rappeler les sites web, forums, usenets et autres listes de diffusion de toutes sortes qui ne sont que les ancètres, moins performants certes, des blogs et wiki), on note avec le développement du P2P un fort développement des solutions pour aider les communautés à regrouper leurs force. Que ce soit pour les passionnés, ou en formation à distance, les outils de communication, en vue de faire vivre une activité communautaire sont de plus en plus nombreux.
Le dernier avatar est l’incorporation d’un wiki en standard ainsi que du RSS dans la plateforme de l’université de Louvain : Claroline. L’apparition d’autres produits comme le récent Yoono montrent que cette tendance est de plus en plus forte.
Quel sens a cette évolution ? En rendant de plus en plus facile la mise en lien des ressources des groupes de travail, espère-t-on dépasser l’individualisme ambiant ? A moins que cela ne soit le moyen de recréer du communautarisme ?
L’observation des comportements dans des milieux professionnels ainsi que celle de l’évolution des TIC au cours des trente dernières années permet en tout cas de constater qu’il y a un écart constant entre la volonté de construire des outils de communauté et des pratiques de plus en plus concurrentielles. L’utopie d’Internet que l’on retrouve dans de nombreux textes de zélateurs est bien souvent celle d’un monde solidaire. Mais ces textes recellent aussi l’utopie libertaire avec son double caché l’utopie libérale. Cette ambivalence est peut-être celle qui est sous-jacente à cette évolution de l’Internet, simple reflet de notre « ambiguité humaine ».
La presse se fait souvent l’écho du débat actuel sur la pertinence de la psychanalyse. Au delà de querelles dont les implicites sont nombreux (rationalistes ou non), on peut au moins repenser à ce que Freud (3è topique) disait des pulsions de vie et de mort, incarnées par le Désir. Antagonisme fondamental, mais aussi ambiguité essentielle de l’homme, on peut essayer de lire ce développement du volontarisme communautaire sur Internet comme une nouvelle traduction de ce qui serait un fondement humain. L’attitude de chacun de nous face aux communautés mérite que l’on s’attarde à cette lecture.

Les outils sont là, l’observation « ethnographique » des usages sera, comme le suggère le livre de Jacques Audran (Ethnologie et conception de sites web scolaires, Hermès, Lavoisier 2006), une piste féconde pour comprendre mieux cette évolution. Encore faut-il que chacun de nous prenne le soin de se mettre suffisamment à distance pour pouvoir distinguer, dans son quotidien, ce qui est son désir de voir aboutir son projet de la réalité de celui-ci.

A débattre
BD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :