Le B2i nouveau est arrivé ?

Print Friendly, PDF & Email

Pour consultation, grace à la vigilance de notre collègue Emmanuel Le Clainche qui vient de me le signaler, le texte du nouveau B2i est en ligne. Une consultation nationale était prévue initialement du 5 février au 15 mars. Elle a été reportée ensuite eu 20 mars. Or voilà que le texte est en ligne sur le site www.educnet.education.fr/b2i ce 11 mars. Il est annoncé que du 20 mars au 4 avril 2006 une consultation sera ouverte. Cependant quel est notre étonnement lorsque l’on ouvre le fichier pdf mis en ligne sur le site de découvrir qu’il est daté dans l’en tête du 15 mars 2006. On se demande s’il n’y a pas un petit bug !

La publication de ce document est une bonne nouvelle. L’idée de la consultation aussi.Dans le texte introductif, il est demandé que la consultation réponde auw questions :

« Cet item (sujet) a-t-il sa place dans ce domaine ? Cet item (sujet) a-t-il sa place dans ce niveau ? Le libellé est-il à votre avis compréhensible par un élève de ce niveau ? Si vous êtes enseignant, la mise en oeuvre de cet item vous semble-t-elle intégrable dans votre enseignement ? « 

Comme on le constate, il y a un souci de précision et de respect des usagers qui doit être salué. Une première lecture en diagonale (avant une analyse plus approfondie) peut amener à trois remarques : 1 – Il y a enfin une cohérence verticale entre les domaines école-collège-lycée. Ce point est important car la notion de continuité va pouvoir être réellement prise en compte, et permettra aux enseignants de penser la validation indépendamment du niveau du B2i et aussi de transmettre sur la base d’un seul document (espérons le) le suivi de l’élève au cours de l’ensemble de la scolarité.

2 – On aurait pu être surpris que le domaine de l’attitude citoyenne constitue une catégorie à part. Dans le premier B2i lycée, initialement, il était transversal aux autres domaines. Cette idée part du fait que l’attitude citoyenne n’est pas indépendante des pratiques usuelles et elle se base aussi sur les difficultés que rencontrent les enseignants à valider cette compétence prise indépendamment des autres. Fort heureusement le texte explique que les trois premiers correspondent à des compétences liées à des domaines d’activités et les deux autres sont des compétences transversales à l’ensemble des activités. Autrement dit la présentation ne préjuge pas de la mise en oeuvre, ce qui pour beaucoup d’enseignant reste une interrogation.

3 – On découvre dans le texte des compétences marquées « optionnelle ». Il faudra attendre le sens que prendra cette mention. On peut penser que comme pour le C2i des compétences sont obligatoires et d’autres possibles. Souhaitons ici que les enseignants qui le souhaitent puissent ajouter des compétences non listées, comme cela était suggéré initialement dans le texte de 2000.

De plus dans la présentation en ligne, il est évoqué la consultation sur les feuilles de position. Il n’y en a pas de proposée sur le document référentiel. Souhaitons que d’une part la feuille de position soit cohérente avec le texte du référentiel (ce qu’elle n’était pas dans le B2i niveau 2 collège de 2000) et que d’autre part on laisse une liberté pour la conception de la forme et la mise en place de ces feuilles. En effet celles qui seront publiées ne devraient être, selon nous, que destinées au suivi administratif. Il faut en effet que la « liberté pédagogique » puisse s’exercer ici. D’ailleurs l’observation des pratiques depuis cinq années montre que les feuilles de position sont devenues un cadre rigide pour les acteurs qui ne voulaient pas inventer les leur. Il semble que dans un souci d’appropriation du texte par les équipes, ce travail de conception des feuilles et supports d’évaluation au sein de l’établissement soit essentiel (on le voit pour l’enseignement primaire au prise avec des référentiels pléthoriques…). Souhaitons aussi que la demande d’évaluation par l’élève soit maintenue, elle est essentielle dans les réussites de mise en oeuvre du B2i dans les établissements qui l’ont bien fait.

Enfin il manque encore le texte de cadrage qui dans la version initiale avait une importance capitale. Souhaitons que l’esprit initial soit gardé, la conférence du ministère au salon de l’éducation au mois de novembre 2005 le laissait entendre.

Malgrè ces hésitations administratives, saluons déjà le fait qu’après cinq années de pratique, un groupe de travail ait pris le temps d’adapter le B2i en ayant entendu de nombreuses remarques faites par les acteurs impliqués sur le terrain, formateurs, enseignants, chefs d’établissements, etc…

A suivre, de près

BD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :