L'accompagnement à la scolarité a-t-il un avenir ?

Print Friendly, PDF & Email

Le récente rapport de l’inspection générale sur l’accompagnement à la scolarité qui évoque en particulier la place des TIC est intéressant à plusieurs titres. Il pose en effet la question de ce que l’école génère comme « comportements » en bordure de son action. Non seulement sur le plan de la pratique mais aussi sur celui des finalités, ce rapport rappelle la place centrale de la scolarisation dans notre société. L’école est devenue en 200 ans un élément central de la société et en particulier un passage obligé et quasi exclusif de la jeunesse du pays. On reviendra par ailleurs sur ce rapport lui même, après une lecture approfondie, mais il me semble qu’une question importante doive être préalablement posée en particulier du fait de la place donnée aux TIC dans ce rapport.

A l’automne dernier, avant le colloque d’Amiens, nous avions eu l’occasion de nous étonner que l’on ne parle de l’accompagnement à la scolarité que sous l’angle des TIC alors que le rapport Glasman et bien d’autres observations amenaient à penser qu’il fallait voir plus large. Le rapport de l’IGEN vient d’apporter ici sa contribution. Mais aujourd’hui on ne peut s’en tenir là. Faut-il se limiter à la question de l’accompagnement scolaire ? ne faudrait-il pas commencer à poser la question de toutes les formes d’accompagnement que ce soit pour les jeunes ou même les adultes. L’émergence de problèmatiques comme celle du e-portfolio donnent des pistes pour envisager une continuité scolarité/activité professionelle. Le développement de la VAE confirme l’importance des expériences de vie comme structurantes pour le développement de la personne. On pourrait considérer que s’en tenir à la seule question de l’accompagnement à la scolarité soit restrictif en regard de ce qui constitue une vie. L’accompagnement n’est-il pas le révélateur des insuffisances des systèmes ? Les systèmes peuvent-ils se suffire à eux-mêmes pour rendre les services qu’ils entendent rendre ? Faudrait-il un accompagnement pour tout ?

La place centrale de la scolarisation dans notre société met la question de l’accompagnement scolaire comme indispensable dès lors que le système repère des zones d’inefficacité. Or l’accompagnement à la scolarité ne porte pas principalement sur l’inefficacité du système mais sur la volonté d’individus à chercher leur efficacité individuelle dans le système scolaire. C’est en cela qu’il est irritant de voir se développer un tel marché relayé parfois par des collectivités territoriales soucieuses de développer les personnes dont elles reçoivent mandat.

Le mode de développement des TIC dans la société permet de se demander s’il faut un accompagnement à la scolarité ou un accompagnement à l’appropriation d’un ensemble de compétences sociales. Autrement dit s’il s’agit seulement de réussir à l’école, est-ce un projet suffisant compte tenu du fait que la scolarisation est aujourd’hui interrogée dans son efficacité sociale ? En limitant l’approche à l’école il est probable que l’on ne résoud qu’un problème de consommation d’école mais pas un problème social. On peut même penser que laisser développer un accompagnement scolaire amène à décédibiliser progressivement l’école dans sa capacité à répondre à ses missions. Le récent rapport du CLEMI sur l’appropriation des nouveaux médias par les jeunes donne un éclairage intéressant sur la place que peut tenir l’école dans un contexte plus large que celui de la seule réussite scolaire.

Faut-il accompagner ? qui ? comment ? pourquoi ? Il semble que nous allions vers une société « béquillée » ce qui risque progressivement de faire perdre l’autonomie et l’inventivité de chacun. Dans le même temps faut-il laisser se creuser des inégalités sans mettre en place des remédiations. Mais alors c’est ce que signifie accompagner qui doit être revu et repenser (les TIC ne peuvent y suffir), c’est aussi à cela que semble appeler le rapport de l’IGEN.

A débattre

BD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :