Avoir de l'imagination à un euro par jour ?

Print Friendly, PDF & Email

Le premier ministre annonce avec emphase ce magnifique projet : Un ordinateur et une connexion, pour un euro par jour. Le CISI du 11 juillet n’a donc plus aucune imagination. On ous avait fait le coup avec les étudiants, maintenant on le fait avec les pauvres. Or pendant ce temps d’autres cherchent à faire un ordinateur à 100 ou 150 euros pour tous.

Le pouvoir ne saurait donc plus quoi faire ? Heureusement une mesure complémentaire pour la couverture des zones blanches a été envisagée. Car aussi il y a des problèmes à résoudre.

On ne critiquera jamais l’idée d’aider les plus démunis, on critiquera simplement de le leur faire payer très cher…. Il suffit de faire les comptes pour comprendre qu’il fallait d’autres mesures bien plus parlantes pour aider les gens les plus démunis (mise à disposition gratuite de matériel dans le cadre d’un réseau associatif d’accompagnement social des usages par exemple). Il suffit de regarder comment cela se passe dans les familles pour comprendre que la cible présentée n’est pas celle qui sera atteinte. les familles démunies ont souvent déjà des équipements. Selon les versions des médias il y aurait inclus dans le prix de la formation et de l’installation… on peut envisager cela avec intérêt, mais là encore on peut se poser la question qui paye quoi à qui ?

Bref voici une belle mesure qui va surtout rapporter à quelques marchands qui de toutes façons ont déjà fait leur marché dans les grandes surfaces et qui trouveront là un espace publicitaire complémentaire et fourni gratuitement par l’état.

Décidément il est difficile d’inventer quelque chose en matière de TIC tant que le modèle politique de fond repose sur la seule idée de faire le bénéfice des entreprises. Il est temps de réinventer des solidarités nouvelles et des espaces d’échanges de compétences. Le matériel ne sert à rien si l’on ne propose pas de s’en servir. Or l’école semble aussi oublieuse de cela (enquête Mediappro), malgré le nouveau B2i qui va arriver.

A suivre et à débattre

Les effets d’annonces politiques n’engagent que rarement ceux qui les font.*

BD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :