Le C2i enseignant enfin ?

Print Friendly, PDF & Email

Après deux années d’expérimentation (commencée le 1er décembre 2004), le C2i métier de l’enseignement (C2i2E) rentre dans le cursus de la formation initiale des enseignants comme le montre la CIRCULAIRE N°2006-147 DU 5-9-2006 parue au du bulletin officiel B.O. n° 33 du 14 septembre 2006.

Il est écrit que « tous les IUFM entrent dans le processus  » et plus loin que « Il est attendu que les IUFM créent les conditions de réussite pour que le plus grand nombre de stagiaires soient certifiés tout en maintenant le plus haut niveau d’exigence possible. » L’injonction est claire, mais, au vu des fonctionnements actuels elle est peut-être un peu paradoxale… mais il faudra voir…

Les conditions de délivrance sont claires et pratiques. Il faudra maintenant passer à la pratique. Et c’est là que quelques interrogations sont à lever : comment valider le C2i2E en IUFM ? Comment prendre en compte le terrain d’application sur lequel les étudiants sont en responsabilité dans le deuxième année de formation ? comment faire vis à vis des étudiants dont une grande partie n’a pas encore validé le niveau 1 du C2i (et encore moins le B2i) ?

Une analyse approfondie du texte du C2i2E et des pratiques des enseignants nous amène à postuler qu’il est impossible de valider l’ensemble des compétences si on ne prend pas en compte les pratiques du terrain des enseignants dans les établissements eux-mêmes. De plus il nous semble impossible (et absurde…) de dispenser un enseignement des compétences énumérées. Elles ne peuvent se construire que dans des situations, des activités et des tâches intégrées à la pratique du métier d’enseignant.

En travaillant régulièrement avec des jeunes enseignants on perçoit très facilement que cette certification demande un cadre dont nous nous apercevons que pour l’instant il est absent. Il y a bien une forme d’injonction paradoxale identique à celle observée dans les premiers temps du B2i.

Gageons que d’aucuns sauront se saisir de cette opportunité pour dépasser ce paradoxe et remettre les choses dans le bon sens : celui d’un véritable développement des compétences professionnelles à l’intégration des TIC dans le métier d’enseignant….

A suivre

BD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :