La surmédiatisation est-elle éducative ?

Print Friendly, PDF & Email

En cette période électorale, l’inflation médiatique atteint son comble. Que cherchent donc tous ces médias  » de masse » en multipliant les « non-nouvelles » et les « contre-débat » ou « débat avant débat » ? Est-ce de l’information ? Cela permet-il de mieux éduquer la population ou tout au moins de l’élever dans la compréhension de la question politique ?

A défaut de comprendre mieux le débat, cette agitation fait surtout vibrer les professionnels de la presse qui espèrent en retrouver des bénéfices en terme de lectorat ou d’auditorat. Autrement dit, il ne s’agit pas d’information, mais bien de tentative de manipulation du public afin d’attirer son attention au delà même de toute raison, ou en tout cas d’intérêt informationnel.

En tant qu’éducateur, je suis catastrophé de la médiocrité commerciale de la plupart des médias de masse, relayés d’ailleurs par certains propos sur Internet. Aucune hiérarchisation, spectacularisation, exhibition, procés d’intention, tout y passe. La complicité de nombre de politiques est tout aussi affligeante. Si d’aucuns se sont félicité de la forte participation électorale, ile ne devraient pas oublier qu’ils sont en train de vider tout le crédit de celle-ci en proposant un show et non pas des analyses qui conforteraient cette volonté démocratique.

Quelques exemples : l’oubli total de l’enjeu des législatives qui vont suivre et qui font évidemment la suite de cette élection, au risque d’en modifier les effets; l’absence d’analyse de fond des valeurs évoquées par les candidats. Ainsi la valeur « travail » dont l’usage incantatoire et sans critique aussi bien par les politiques que par les journalistes est étonnant. De même la notion « d’ordre juste » dont une lecture parallèle peut amener à une connotation très ambiguë, peut être interrogée avec une autre vigueur que celle ressentie actuellement.

Le sens de la mesure c’est d’abord une question d’éthique. Or il est temps de questionner les médias dans ce domaine. Entre le spectacle et l’information il va falloir choisir. Le mélange entre ces deux pôles est constant amenant le lectorat et l’auditorat à l’impossibilité de distance, d’esprit critique.

L’éducation aux médias devient quelque chose de plus en plus difficile à mener. Les jeunes témoignent de plus en plus souvent de leur difficulté à comprendre le monde qui les entoure. Comment, dans ce contexte, refonder une éducation aux médias qui permette de passer outre ces confusions ?

Bruno Devauchelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :