Il y a tellement à lire… et à écrire

Print Friendly, PDF & Email

Quelle crédibilité a-t-on lorsque l’on blog tant et tant ? Accablé par le nombre de messages écrits sur les blogs et recueillis dans mon agrégateur de flux RSS, et après avoir entendu quelques communications sur les blogs et leur influence, je me suis interrogé sur cette « surabondance d’écrit ».

Ayant entendu parler de ces blogs qui influencent les décideurs, après avoir lu les compte rendus polémiques de la rencontre entre la ministre Valérie Pécresse et une quinzaine de bloggeurs (http://www.webdeux.info/diner-au-ministere-avec-valerie-pecresse) je suis hésitant. Que penser de ces blogs d’influence ? Cherchent-ils à se valoriser ou ont-ils quelques chose à dire ? Comment-font-ils(elles) pour passer autant de temps à cette activité ? Ne sont-ils pas les arbres qui cachent la forêt ? et moi même ne suis-je pas comme eux ?

Bon, après cette série de question, une ancienne me revient à l’esprit et a déjà traversé ce blog et vos réflexions : quelle « autorité » j’ai pour m’exprimer ainsi ? J’ajouterai aussi : quelle intention pour celui qui tient un blog ?

En fait ce qui m’interroge en ce moment c’est qu’un certain nombre de blogueurs sont en train d’occuper l’espace médiatique et d’étouffer les réalités même des blogs individuels. Autrement dit, les blogueurs occupent tellement le terrain qu’ils amènent les « autres » à ne pas oser bloguer, de peut de ne pas être lu. Quand je vois des blogueurs nous asséner leurs statistiques je me dis que leur démarche n’est plus tout à fait la même que celle qui m’agite en ce moment. Quand je fais un blog c’est pour « partager », « confronter », « construire »… et non pas pour « être vu », « influencer », « faire pression ». Certes les deux ne sont pas toujours aussi éloignés dans certains cas. Mais j’ai l’impression que certains blogueurs ont franchi une barrière qui les situe désormais dans des stratégies qui n’ont plus à voir avec ce qui fait l’âme des blogs dont pourtant ils se réclament.

Je crois que je peux affirmer ici que je ne me sens pas représenté par certains autres blogueurs qui nous utilisent pour vanter leur pouvoir de pression. Je ne me sens pas représenté par d’autres blogueurs qui utilisent leur blog pour finalement se valoriser personnellement. Je me sens représenté par ces blogueurs qui cherchent à comprendre, qui cherchent à expliquer, qui acceptent de confronter leur point de vue et enfin qui renoncent à l’anonymat… mon vieux cheval de bataille.

A débattre, je sens bien qu’il y aurait beaucoup à dire

BD

2 Commentaires

  1. «Mais j’ai l’impression que certains blogueurs ont franchi une barrière qui les situe désormais dans des stratégies qui n’ont plus à voir avec ce qui fait l’âme des blogs dont pourtant ils se réclament.»

    Bon point. Mais je ne suis pas sûr que ça nous appartient de juger les intentions de ceux qui «franchissent la barrière». D’ailleurs, «l’âme des blogs», qu’est-ce???

    Je blogue beaucoup. Je fais bloguer aussi. Je suis surpris de lire des gens qui parlent de moi comme étant un «blogueur professionnel» (ça vient de m’arriver de la «plume» de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec). Je veux bien assumer, mais qu’est-ce que ça veut dire? Que je gagne ma vie en partie par ma pratique carnetière? Je veux bien puisque tel est le cas…

    Tu ouvres un excellent débat Bruno (comme c’est souvent le cas). Autant certains blogueurs «occupent beaucoup de terrain», autant certains ne préoccupent personne et je me demande sincèrement qui doit davantage examiner son comportement de blogueur dans ces circonstances.

    J’ai presque le goût de répondre que personne n’a tort, personne n’a raison a priori. «L’autorité informationnelle» d’un blogueur se construit avec les conversations qu’il entretient dans sa blogosphère (son blogue et celui des autres qu’il fréquente). Je constate qu’une analyse de l’évolution de l’édublogosphère ne nous ferait pas tort. Le nombre de blogueurs qui pratiquent à visière découverte est-il le même que dans d’autres blogosphères? Devrions-nous davantage bloguer pour "être vu", "influencer", et "faire pression"? Avons-nous la masse critique pour prétendre "partager", "confronter", "construire"?

    Après cinq ans de pratique carnetière où l’essentiel était de me constituer un portfolio numérique («je partage», «je réfléchis», «je côtoie»), je me suis fixé quelques défis dans de nouvelles compétences à développer (elles sont chez http://www.marioasselin.com ). Le fait de les identifier est en train de changer la dynamique de mon blogue et pourtant, j’ai quand même l’impression de vivre de la même «âme».

    Bref, la solution est peut-être d’aller faire la conversation chez ces individus Bruno, qui semblent être devenus des «blogs d’influence». Ça aurait le mérite de les engager dans ce débat… qu’en dis-tu?

    • Bruno Devauchelle sur 10 décembre 2007 à 06:20
    • Répondre

    Merci à Mario de ton commentaire. Je vois que mon interrogation t’interpelle et j’avoue que j’ai pensé à toi en écrivant ces lignes justement parce que tu es l’opposé de cela tout en étant devenu aussi un blogueur influent, mais pas professionnel. Quand l’influence est conférée par le lecteur, c’est sa liberté, quand le pouvoir d’influence est invoqué par le concepteur, nous nous retrouvons dans le même cas que celui des médias de masse : à savoir la manipulation. Cependant je n’irai pas le dire sur ces blogs, au risque de renforcer ce pouvoir… mais… Bruno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :