Neutralité des technologies

Print Friendly, PDF & Email

Voilà un ouvrage que le monde enseignant devrait connaître. Rédigé en direction des décideurs des collectivités territoriales, il présente les ENT en milieu scolaire et donne des repères pour les créer. Cette ouvrage « Créer un espace numérique de travail en milieu scolaire » par Jean-Paul DROZ,(consultant, expert en systèmes d’information, territorial éditions, Voiron 2008) est édité dans le cadre des Dossier d’experts / La Lettre du cadre territorial.(http://www.territorial.fr/)

Les Environnements Numériques de Travail continue de tenter de se déployer (rappelons nos critiques concernant ce projet formulées en septembre 2004). Or parmi ces critiques l’une sous-jacente était l’incompréhension entre le monde technique et celui de l’enseignement. Or voilà que cet ouvrage nous renvoie ici le questionnement. Au delà de l’intérêt général de cet ouvrage bien documenté, il y a un élément sur lequel il me semble qu’il faut débattre par ce qu’il illustre cette nouvelle « guerre des mondes » déjà dénoncée ici à propos du contrôle et du filtrage dans les écoles.

On peut lire dans cet ouvrage que :

« l’ENT est absolument neutre vis-à-vis des pratiques pédagogiques. L’ENT est un contenant dont l’objectif est de faciliter le quotidien de l’ensemble des acteurs de la communauté éducative ;(p.19) » « L’ENT est donc un facilitateur, un fluidificateur pourrions-nous dire qui permet d’utiliser aisément les nouvelles technologies au service du pédagogique grâce à une interface conviviale et un système de communication efficace et simple.(p.19) »

On pourrait penser que c’est un oxymore tant l’idée de neutralité est incompatible avec le projet simplement de fluidificateur… voire de facilitateur. Bien que l’auteur se défende de l’idée d’une révolution pédagogique par les technologies, à juste titre, on ne peut qu’être surpris par cette idée de neutralité. Il faut rappeler que l’introduction de tout nouvel « objet », « artefact » dans quelque milieu que ce soit provoque d’inévitables changements et qu’il n’y a jamais de neutralité. Sauf à admettre que comme c’est du matériel (??? quand il s’agit d’un logiciel) et non de l’humain, il est neutre. En fait l’auteur parle de fluidification et de facilitation. C’est donc bien que l’ENT comporte, non pas en tant que définition ou qu’objet technique pur, mais en tant que « dispositif » une intention qui va avoir un effet sur le milieu dans lequel il est installé et mis en oeuvre (ou pas). Penser qu’il est neutre c’est oublier les travaux sur l’usage et l’appropriation qui ont démontré depuis longtemps l’importance, entre autres, de l’interaction homme machine (Linard, Rabardel) dans le déploiement d’artefact dans des milieux donnés. Les questions de la genèse instrumental des objets (Rabardel) et celle de la « construction du social par les objets », (Bernard Blandin) nous ont depuis longtemps proposé matière à refléchir à cette question de neutralité.

Mais ici le propos mérite d’autant plus réflexion que l’auteur évite preque totalement la question pédagogique des ENT.: tout au moins, il préconise de ne pas aller sur le terrain pédagogique avec de tels outils. Malheureusement les applications déjà existantes nous montrent que ce n’est pas possible. En 1990 IBM France avait proposé une séparation nette des deux domaines (pédagogique et administratif) dans le déploiement de solutions informatiques en réseau pour les établissements scolaires. Cependant il avait déjà envisagé les relations entre les deux domaines, sans pour autant s’autoriser à aller sur le terrain pédagogique. Depuis les faits ont été de plus en plus tétus. Dès lors que l’on connecte l’administratif, l’économique et le pédagogique, il y a circulation, à plus ou moins long terme des informations et les ENT y mènent. Internet a rendu poreuses toutes les cloisons imaginées à l’époque, les ENT, comme les ERP et autres systèmes d’information ont ce redoutable effet de s’ériger en neutralité alors qu’ils ne le sont pas en réalité.

En fait c’est de cette porosité qu’il s’agit ici. La mise en lien de différents outils au sein d’un espace éducatif n’est jamais sans conséquences sur la totalité du système. Que penser de l’effet de l’ouverture de l’ENT à des parents d’élèves, sur les enseignants, mais aussi les jeunes ? Un cahier de texte d’une classe mis en ligne est une surface de visibilité que n’ont jamais eue les cahiers cartonnés verts en début d’année (ils changent de couleur en cours d’année…) qui circulent à l’intérieur des établissements. Penser que cela n’aura aucun effet sur la pédagogie est un leurre.

Cependant, les effets sont très souterrains. C’est sur l’imaginaire et l’inconscient que ces dispositifs agissent d’abord, puis sur les pratiques, forgées, dès lors, entre le marteau des instructions officielles et l’enclume des usagers de l’enseignement que sont les élèves et leurs parents. La modification des pratiques pédagogiques induite par les ENT est encore à vérifier, mais il sera trop tard pour s’en défaire lorsqu’elles aura été constatée.

L’auteur nous suggère cependant une piste intéressante mais qui ne « déneutralise » pas pour autant l’ENT. L’appropriation par les enseignants puis la constructions par ceux-ci de stratégies adaptées à l’outil fourni se traduirait par la « personnalisation » de l’outil. En effet on peut penser et observer que les acteurs du monde de l’enseignement vont progressivement moduler certaines fonctionnalités et agir pour en faire évoluer quelques unes afin que ce versant pédagogique prenne la forme qui leur paraîtra « acceptable ». Mais une critique apparaît dès lors : quelle prise réelle y aura-t-il sur les outils et leur déploiement une fois qu’ils auront été validés techniquement. Le seul critère qui semble pouvoir aller dans le bon sens serait une modularisation la plus poussée possible qui permettrait au minimum le choix des outils et au maximum des possibilités aisées de modification de fonctionnalités internes aux outils (paramétrage fin). Mais la pratique montre que lorsqu’un « outil fini » est proposé il y a très peu de remise en cause et souvent une adoption progressive du cadre proposé. C’est donc dans le déploiement des ENT et sa méthodologie de mise en oeuvre qu’il y aura la possilité de neutraliser les ENT qui bien évidemment ne seront jamais pour nous neutres a priori sur le plan pédagogique.

A débattre

BD

On pourra évidemment mettre en lien cet ouvrage avec celui du CNDP, dossiers de l’ingénierie éducative publié récemment sur le même sujet.(n°60 de décembre 2007)

1 Commentaire

  1. Bonjour

    C’est seulement maintenant que je prends connaissance de votre billet sur mon livre, et je vous remercie pour ces commentaires. Je vous propose quelques éléments de réponses, de façon simplifiée:

    **au sujet de la neutralité, je comprends votre point de vue et au demeurant sur le rôle des TBI je précise "le comité de pilotage gardera en tête que le TBI modifie en profondeur la démarche pédagogique" (p 55). Contradictions? Je ne pense pas, ce que je voulais dire c’est que le déploiement des ENT ne présuppose pas une révolution pédagogique en amont.

    **l’idée de l’appropriation progressive par les enseignants qui serait incompatible avec un "outil fini". C’est effectivement au coeur de ma thèse et je me bats pour faire avancer cette idée (je ne suis pas le seul) qu’un ENT est un socle qui permet simplement et facilement de faire circuler des contenus, mais qui est indépendant de ces contenus. D’où l’importance de l’interopérabilité. Un ENT "fini" n’a donc pas de sens à mes yeux puisque je peux y faire circuler tous les contenus que je veux, à partir du moment où ils respectent un minimum de standards. Il est donc possible d’expérimenter par un prof ou un petit groupe de prof, il est possible de favoriser une appropriation progressive…

    **enfin loin de moi l’idée de séparer pédagogie et vie scolaire, l’ENT fédère l’ensemble et je développe longuement le rôle des parents dans ce déploiement (notoirement insuffisant aujourd’hui).

    Ce sont simplement quelques idées à débattre, mais justement peut-être cela pourrait se faire réellement. Je suis à votre disposition si vous avez quelques idées de lieu, de revue, de manifestation… Au plaisir.

    Jean-Paul Droz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :