A quand un stop-pub sur Internet ?

Print Friendly, PDF & Email

Un article du supplément au journal Le Monde daté de ce 15 juin (http://www.lemonde.fr/le-monde-2/article/2008/06/13/comment-la-publicite-envahit-internet_1057365_1004868.html#ens_id=1057567) constate l’omniprésence à venir de la publicité sur nos écrans lorsque nous passons par Internet. Comme les rédacteurs de ce supplément l’on montré à plusieurs reprise, la fascination pour les prouesses fait parfois obstacle à une analyse critique de ces phénomènes comme en témoigne ce passage :

« Soyons justes : que ce rêve d’annonceur soit en passe de devenir une réalité tangible ne tient pas seulement à la performance des mouchards électroniques qui pullulent derrière l’écran, mais aussi à l’habitude des internautes de laisser benoîtement des éléments de leur identité un peu partout. » (Martine Valo)

De plu,s on peut lire un peu plus loin les lignes suivantes :

« Aux yeux de ceux qui refusent de voir le Web réduit à une fantastique vitrine interactive, il reste heureusement les blogs pour s’épancher ou échanger des commentaires entre soi. Du moins restait-il cet espace-là jusqu’à l’avènement de l’affiliation, une autre pratique en pleine progression. »

Ainsi donc l’usager serait aussi responsable que le publicitaire… Il est vrai que la tentation du blogueur connu en mal de revenus est grande. Surtout s’il n’a pas construit son projet sur une base différente de celle qui pour qui le « profit » et sa quête personnelle est un état de fait et non un choix.

Fort heureusement une lecture plus avancée de l’article nous permet de faire l’inventaire des pratiques en cours ou en développement :

bannières, fenêtres superposées, spam, liens sponsorisés, publicité interactive (comment utiliser le consommateur comme publicitaire), ciblage comportemental, mouchard électronique, rémunération du lecteur, jeux primés, vidéos publicitaires innocentes (sur les serveurs habituels des internautes) etc…

Ainsi donc notre vie serait désormais environnée de manière inéluctable de publicités. Participant aussi de la construction de notre identité numérique à notre insu, ces méthodes développent la possibilité d’une manipulation gigantesque du libre arbitre et de la conscience du monde qui nous entoure. Et sur Internet cela est d’autant plus tentant qu’elle peut ne pas couter cher, comparé aux supports traditionnels et avec un ciblage plus précis. Est-ce vraiment inéluctable. Devons nous accepter d’être inondés de pub sous prétexte que certains sont « complices »… et que c’est désormais accepté par tous ?

Quelle qu’en soit la qualité, la forme et le support, la publicité est une « tentative de manipulation » du récepteur. Elle est d’autant plus efficace que ce même récepteur en est aussi le prescripteur (et non plus le grand méchant vendeur). En mettant l’usager dans sa poche le vendeur disparaît aux yeux des autres usagers et devient ainsi acceptable. Ainsi le développement du web 2.0 révèle la force de la prescription par les pairs. C’est pourquoi il me semble nécessaire, non pas de moraliser la pub, mais bien d’en instituer la possibilité de son refus.

« Stop pub » sur Internet doit être un dispositif qui devrait être obligatoire. Chaque internaute pourrait ainsi activer sur son logiciel un bouton s’il accepte où s’il refuse la pub, ce qui aurait pour effet de bloquer toute forme de publicité sur Internet. En imposant à chaque système de pub l’analyse automatique de ce choix de l’usager, la pub ne s’afficherait pas (et n’encombrerait pas les tuyaux de données inutiles).

On peut imaginer qu’alors on prendra le client pour un adulte et non pas un consommateur machine manipulable. On peut imaginer alors que la publicité reprendra sa vraie place dans l’univers de l’information : une véritable information sur des produits en éclairant le choix du client.

Malheureusement de tels articles, parce qu’ils ne prennent pas le soin d’aller jusqu’au bout de l’analyse ne font que suggérer ce type de réflexion sans jamais réellement se positionner. Mais au fait, quel poids pèse la publicité dans le financement du Monde 2 ?

A suivre donc

Bruno Devauchelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :