e-enfance et jeux d'argents

Print Friendly, PDF & Email

Surprise ce matin en achetant un quotidien dans un petit village de Haute Savoie : un magnifique écran surplombe le guichet consacré aux jeux de la « française des jeux », société sous contrôle de l’état qui propose de nombreux jeux d’argent qui sont censés enrichir, un jour, ceux qui acceptent d’acheter tel ou tel de ses produits. Sur cet écran on y découvre en premier lieu une rapide rotation de tous les produits, récents et moins récents… , qui sont actuellement en vente.
Mais en fait « l’enfer est pavé de bonnes intentions »… Pourquoi ? Les sociétés de jeux ne sont pas l’enfer pourtant me diront tous ceux qui jouent régulièrement dans le secret espoir d’un jour décrocher ce gros lot peuplé de tout l’imaginaire que l’on sait. Qu’elles sont loins des guérites d’antan qui étaient tenues pour et parfois par les gueules cassées ( de 1918, mais il n’en reste plus beaucoup) …. Désormais à l’enfer des tranchées a succédé l’enfer du jeu dont on sait que l’addiction touche de nombreux adultes. Ne blamons pas les millions de personnes qui jouent, ce serait ignorer les réalités démocratiques de cette pratique. Posons nous la question de cet engouement pour les jeux… Et que penser de l’ouverture prochaine des jeux en ligne dont on sait que leur mise en oeuvre officieuse depuis plusieurs années a déjà fait florés et renforcé ces addictions, en les transportant à la maison, même plus besoin d’aller à la guérite du coin de la rue….
Là où il y a de bonnes intentions de cette société c’est dans le fait qu’elle ait offert ses écrans à de bonnes causes. Tant qu’à faire en attendant son tour devant le guichet, autant regarder l’écran qui fait défiler entre autres des messages  non liés au jeu. C’est là que j’ai découvert le spot pour l’association e-enfance qui agit pour protéger les jeunes enfants des méfaits du net.
Quand on connait la propension de cette association à faire dans le tout répressif plutôt que dans l’éducatif on ne peut que les féliciter de se glisser dans ces lieux inhabituels pour une information. Mais quand on analyse le contexte dans lequel elle se place alors il faut s’opposer vigoureusement à leur attitude.
Non content de prôner la répression plutôt que l’éducation, l’association e-enfance accepte de se populariser en utilisant un vecteur dont on sait qu’il est pour le moins amoral, à défaut d’être immoral. En effet les sociétés de jeux s’appuient sur la crédulité naïve de nos concitoyens et de nous même pour nous faire miroiter des gains mirifiques. Comment dès lors accepter qu’une association qui se dit défenseur de l’enfance s’associe à ce type de société qui justement profite de la faiblesse humaine pour lui placer des produits dont on connait statistiquement la tromperie ?
Il faut le dire et le répéter, il n’est pas acceptable qu’une association de défense de l’enfance s’associe à des sociétés qui justement tendent à détourner la vigilance de chacun pour les inciter à participer à des jeux d’argent. Malheureusement la lecture des travaux de l’association e-enfance m’avait amené à proposer précédemment une autre approche qu’eux tout en reconnaissant l’intérêt des questions qu’elle pose. Désormais ce n’est plus le cas. Puisque le paradoxe et l’oxymore ne les gène plus, levons le voile : derrière ce type d’association  il n’y a pas de sens moral, seulement un détournement des esprits en vue d’adoucir les maux de notre société. L’addiction au jeu est d’abord la responsabilité de ceux qui organisent ces jeux. Et ce ne sont pas les bons sentiments qui vont y changer quelque chose. Cerise sur le gateau, un spot de 15 seconde en trois écrans fixes contre 4 minutes de présentation des autres produits de jeux…
Qui finance qui ? après les gueules cassées, le casse gueule !!!!
A débattre
BD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :