En regardant le jardin… j'y ai vu Internet !!!

Print Friendly, PDF & Email

Internet se développerait-il comme un jardin presque sauvage ?
Voltaire fait dire à Candide : « cultivons notre jardin », si le verbe cultiver est utilisé ici dans son sens symbolique et non pas agricole, alors, avec Internet, nous voyons bien quelle direction prendre, en particulier dans le monde scolaire…
L’information sur Internet est créée, multipliée, dupliquée presque comme le modèle naturel de mon jardin : repiquage, marcottage, greffe etc… tout est bon pour que l’information pousse.
Sommes nous donc condamnés à devenir pour autant jardiniers ? Moi qui le suis très peu, je dois dire que l’observation des passionnés de jardinage et plus généralement de tous ceux qui travaillent ce qui reste de nature m’interroge : ne pourrait-on transposer cette culture du jardinage dans le domaine de l’information sur Internet en tant que modèle éducatif ? Ne faudrait-il pas réfléchir à notre activité en ; ligne comme le jardinier le fait lorsqu’il prend possesion d’un terrain en friche ?
Quelques exemples de rapprochement pourront illustrer ces questionnements. Si je choisis d’autoriser la reproduction de mes textes (licence creative commons) par exemple, ne suis je pas en train de faire la proposition du bouturage. Voulez vous une pousse de ce magnifique rosier ? Lorsque je prends, discrètement, une pousse dans le pot de fleur d’un lieu public, ne suis-je pas en train de « pirater » ? etc…
N’étant pas spécialiste du domaine, j’ai du mal à aller au fond de la métaphore, mais pourtant je pressens qu’il y là quelque chose à prendre en compte. Le modèle « naturaliste » a bien des limites, mais au moins peut-il servir de cadre de lecture d’une réalité, souvent foisionnante, à l’image de ces jardins luxuriants que l’on rencontre ici ou là dans le monde…
Je suppose que je ne suis pas le premier à tenter le rapprochement, mais, n’ayant pas fait de recherche sur le sujet, je me suis quand même autorisé à tenter la métaphore et à proposer de la filer. Il me semble que l’on a là une base amusante de réflexion, mais peut-être aussi d’interprétation qui rapprocherait le monde animal du monde végétal… ce qui n’est pas si souvent le cas…
A creuser et à bêcher, avec les outils du jardinier, bien sûr…
BD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :