Les jeunes sont intelligents !!!

Print Friendly, PDF & Email

Les enquêtes et recherches sur les pratiques et usages des TIC par les jeunes semblent le confirmer, ils sont une immense majorité à construire des usages adaptés, pertinents et distancés des TIC. Aidés parfois par leurs parents, mais pas souvent, voire rarement. Par contre aidés par leurs pairs, il adoptent de plus en plus vite des attitudes qui leurs permettent de « bien » vivre avec ces technologies. En quelques sortent il prouvent qu’ils peuvent avoir de l’intelligence.
Les récentes études qui semblent bizarrement se multiplier en ce moment (www.cefrio.qc.ca/fr/ ou encore http://www.tns-sofres.com/points-de-vue/2CFD1F1E9774404EBCA43F94CCA04217.aspx, à propos des ados et des mobiles ou encore http://www.frequence-ecoles.org/ qui présentai hier l’état de son enquête en région Rhônes Alpes) montrent bien que les « va t’en guerre » n’ont pas toujours le même point de vue que les « vont en guerre ». Ainsi nombre de commentaire alarmistes sur les dangers d’Internet dont un certains nombre émanent du monde scolaire, ou encore de commentateurs médiatiques peu soucieux des sources de leurs propos, doivent être tempérés, voire soigneusement rangés dans la boîte à fantasme. En effet on est étonné de constater que la quasi totalité des jeunes se comporte avec Internet comme elle se comporte, sur un plan des relation psychosociales, de la même manière que sans Internet. Comme le disait il y a plusieurs années (2001 déjà) Serge Pouts Lajus, Internet c’est la rue (http://www.savoirscdi.cndp.fr/index.php?id=1082). Et comme dans la rue les jeunes doivent se construire des règles de vie ensemble et ils savent le faire.
Les policiers, les addictologues et autres observateurs de déviances de toutes sortes iront bien évidemment parler de ce qu’ils voient, avec leur projecteur et leur loupe, voire leur microscope branché sur les problèmes des jeunes. Si vous en avez fait l’expérience, lorsque l’on retire son oeil du microscope, le monde change soudain et redevient normal… de même dans un établissement scolaire la plupart du temps seuls quelques élèves demandent une énergie importante aux enseignants, ce qui fait parfois penser que tout va mal, alors qu’il suffit d’un enfant en difficulté de plus dans une classe de 25 ou 30 élèves pour faire basculer l’angoisse et enrichir le propos de peurs généralisées. Internet, le mobile, les TIC en général n’échappent pas à ce procédé directement issu du fonctionnement des médias de masse. En effet sommés de mettre un gros titre le rédac chef va chercher celui qui va avoir un impact fort, plutôt que celui qui dit que les choses sont normales. Eh bien à propos des TIC et des jeunes on en est au même point. Cela fait les gros titres, fabrique la peur, mais génère de l’audience. Rares sont les sujets d’actualités qui fonctionnent dans l’autre sens (sauf peut-être les réussites médicales comme la greffe de visage par exemple) et qui viennent eux, rassurer la population.
Que disent donc ces enquêtes sur les jeunes et les TIC :
– ce que l’on sait globalement, c’est qu’ils « font avec ». Et c’est la première chose qui est remarquable avec la génération née avec Internet, comme avec les précédentes. Faire avec, c’est d’abord éviter de construire une représentation nouvelle en se basant sur la transposition d’une représentation antérieure. Chaque adulte le vit régulièrement : devant un nouvel objet technique il utilise ses catégories ou schèmes de référence et les applique au nouvel objet. Certains n’en démordent jamais ou alors seulement après un temps long. D’autres adultes, pionniers sautent à pieds joints et parfois même sans aucun discernement, noyés qu’ils sont dans l’enthousiasme de la nouveauté.
– Ensuite les enquêtes montrent qu’ils se construisent des règles d’usage par tâtonnement et souvent entre pairs pour aborder des problèmes que parfois les adultes ne perçoivent pas : soit qu’ils sont absents, soit que ces problèmes sont des problèmes d’ados, pas d’adultes. Souvent les adultes arrivent avec leur catégories et donc les plaques sur les jeunes, alertés qu’ils sont des situations extrêmes vantées dans les médias ou ailleurs.
– De plus les jeunes sont humains. C’est à dire que comme tous les humains ils ont besoin de relations humaines. D’ailleurs les spécialistes de l’addictologie attirent notre attention sur la perte progressive de ces pratiques relationnelles comme indicateurs de comportements dangereux psychologiquement. Ces relations, elles s’enrichissent de ces nouveaux moyens et lorsque l’adolescent préfère ses amis à ses parents, comme premier confidents, rien que de plus normal dans l’acquisition de l’autonomie affective.
– Mais aussi, les jeunes sont habiles. Comme les adultes ils savent braconner (au sens de Michel de Certeau). D’ailleurs il est parfois remarquable de voir que les adultes perdent d’abord cette compétence et qu’ensuite ils veulent parfois empêcher leurs propres enfants de le faire. Cette habileté est liée à l’adaptabilité. Les contextes, TIC par exemple, ne sont pas considérés par eux comme mouvants, puisque déjà là. Aussi dès qu’ils en ont la possibilité ils se construisent les outils pour améliorer cette habileté
– Enfin, ils sont demandeurs. Les jeunes attendent beaucoup des adultes, mais le discours dominant est souvent inverse. Dans le domaine des TIC, les jeunes demandent aux adultes de la lucidité, de l’accompagnement, du partage. De la lucidité témoignage de la recherche par l’adulte de la compréhension de que fait le jeune. De l’accompagnement signe que l’adulte, de là où il est n’ignore pas les objets d’activité du jeune et qu’il est capable d’en discuter le cadre de développement. Du partage qui signifie que les jeunes ne sont pas finalement adaptés au monde de compétition qui domine actuellement. Un jeune en échec est d’abord un jeune en solitude dans l’échec. Un jeune en questionnement est d’abord un jeune en solitude devant un problème.
Certes il y a des dangers, certes certains jeunes se perdent dans la vie, mais ils n’ont pas attendu Internet pour cela, la misère et la pauvreté (financière, affective etc…) s’en chargent beaucoup mieux.
Une fois encore Internet (comme les TIC) est un révélateur, ne nous contentons pas de réveler les déviances, signalons aussi qu’ils prouvent l’intelligence humaine à commencer par celles des jeunes qui fabriquent la société de demain autant voire plus que nous qui « sommes aux commandes du monde adulte »…
A debattre
BD

1 ping

  1. […] GTDtags: gtdFonctionner en réseau – Revue réseau TICtags: réseau, communauté, collaboratifLes jeunes sont intelligents !!! « Veille et Analyse TICEtags: jeunes, usage, internetEt comme dans la rue les jeunes doivent se construire des règles de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :