Tous fichés dès l'école ?

Print Friendly, PDF & Email

Plusieurs évènements techniques et réglementaires se sont produits au cours de l’été, en particulier entre le 16 juillet et le 10 aout. Entre un arrêté sur « France Connect » un autre sur le livret numérique « vie scolaire » (carnet de correspondance numérique) ainsi que les avis de la Cnil les concernant, (les liens sont en bas de cet article) on ne peut que s’interroger sur l’avenir du fichage des élèves, des jeunes, mais aussi de la population. Dans la lignée des nouvelles lois de sécurité, qui concernent justement la surveillance de la population par Internet, on peut s’interroger sur les instruments numériques mis en œuvre dans les établissements scolaires et au-delà et les conséquences que cela a sur les libertés individuelles et plus simplement sur le respect de la vie privée. Le suivi des « Sauvageons », terme initié par Jean Pierre Chevènement à la fin des années 1990, prendrait-il une nouvelle forme ?
Pour surveiller une population, encore faut-il mettre en place les infrastructures de base. Avec le numérique, l’élément fondamental c’est l’authentification. À partir du moment où celle-ci est réalisée (on sait qui vient de se connecter au service), il est très aisé de mettre en place les moyens de suivre son activité. Heureusement, nous dit-on, la CNIL veille. Ce n’est pas faux, mais a-t-elle réellement les moyens techniques et légaux pour cela ? Probablement pas vraiment au vu de l’habileté technique des pirates en tous genres (cf. les échanges vif entre gouvernants sur l’espionnage et les révélations de Wikileaks ou de E.Snowden) et en comparaison des autres pays.
Ce qui doit nous interroger plus particulièrement dans le domaine éducatif c’est que nous arrivons progressivement au « bouclage » de l’encadrement numérique des activités scolaires. Environnement Numérique de travail, Gestion des notes et emplois du temps, cahier de texte numérique, webclasseur, voilà quelques une des applications qui permettent d’accompagner numériquement l’élève. Avec l’arrivée du carnet de correspondance numérique, on complète la panoplie en remplaçant ce « mythique » carnet de correspondance (après le carnet de note et le cahier de texte), par sa version numérique. Le regroupement de toutes ces informations auquel s’ajoute la question de l’authentification/identification unique, invite à se questionner sur ce que l’on va pouvoir en faire aussi bien dans un établissement scolaire que dans l’administration centrale ou régionale. Les sauvageons n’ont qu’à bien se tenir, on va les suivre en temps réel… jusque dans leurs plus simples comportements quotidiens à l’école. Si le sanctuaire protégeait des bruits du monde extérieur, c’est aussi qu’il offrait un espace de non visibilité par ce même monde extérieur. Avec le cahier de texte numérique on sait ce que l’élève a à faire, avec le carnet de correspondance numérique on sait comment il se comporte, avec le logiciel de note en ligne on sait quelles sont ses performances, avec le webclasseur on sait ce qu’il souhaiterait faire etc…. En d’autres termes, de l’extérieur on peut suivre les jeunes.
L’intérêt de l’informatisation des services c’est d’assurer un meilleur accompagnement des usagers en leur facilitant la vie. C’est l’argumentaire pour le client. De plus on va pouvoir établir des statistiques sur le service et son utilisation. C’est l’argumentaire pour les personnes qui mettent en œuvre au quotidien, ce produit. Enfin on va pouvoir surveiller les utilisateurs en analysant leurs pratiques et en détectant leurs dysfonctionnements. C’est l’argumentaire implicite du concepteur. Evidemment, la CNIL veille et hors de question d’interconnecter ces informations en interne et encore moins avec d’autres fichiers externes (du type services sociaux, police, justice, impôts et autres administrations ou même banques… Mais c’est possible et la tentation pourrait être grande. On nous rétorquera que l’on est responsable et que l’on choisira la bonne manière et pas la mauvaise. L’histoire est peuplée d’inventions aussi bonnes que mauvaise, mais, comme le dit Jacques Ellul, bonnes et mauvaises aussi dans leur utilisation. Le fameux calcul « bénéfice-maléfice » cher à la médecine vaut aussi ici, mais les dérapages sont possibles…
Revenons à l’établissement scolaire. On se souvient de ces échanges verbaux à propos de comportements d’élèves qui ont amené à des dérives parfois inquiétantes, mais sans beaucoup de conséquences a priori. L’instrumentation désormais possible des preuves et des traces de ces comportements risque d’enrichir encore davantage les tableaux statistiques que les logiciels de notes nous présentent pour le conseil de classe. Imaginons un couplage entre les différentes solutions logicielles en place et alors on peut imaginer un suivi longitudinal de l’élève associant travail personnel, notes et comportement sur une courbe de l’année qui permettrait de faire des corrélations et peut-être même de se lancer dans l’analyse de causalité. Les conseils de classe, de discipline et autres instances d’analyses du travail des élèves à l’école sont en train d’être dotées d’instruments dont l’usage va devoir être travaillé au sein des équipes, dans le projet éducatif et pédagogique. Ce ne sont pas les discours politiques et syndicaux qui sont requis, mais bien un travail individuel et collectif au sein des établissements.
Au moment où l’enseignement moral et civique s’installe dans les établissements scolaires, il peut être intéressant qu’un temps de travail partagé (voire plusieurs) soit mis en place afin de réfléchir et d’analyser la manière dont nous comptons désormais « regarder les élèves » et plus largement « regarder les jeunes ». Les sauvageons n’ont qu’à bien se tenir, on va avoir les preuves…
A suivre et à débattre
BD
*****************************************
Les textes et articles de référence sur la mise en place de ces fichiers
– Arrêté du 16 juillet 2015 portant création d’un traitement automatisé de données à caractère personnel ayant pour objet de permettre aux élèves et à leurs responsables légaux d’être informés des événements de vie scolaire : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000030967230&dateTexte=&categorieLien=id
– Délibération (CNIL) n° 2015-185 du 25 juin 2015 portant avis sur un projet d’arrêté portant création d’un traitement automatisé de données à caractère personnel ayant pour objet de permettre aux élèves et à leurs responsables légaux d’être informés des événements de vie scolaire (demande d’avis n° 1852959) : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000030968399&dateTexte=&categorieLien=id
Arrêté du 24 juillet 2015 portant création d’un traitement de données à caractère personnel par la direction interministérielle des systèmes d’information et de communication d’un téléservice dénommé « FranceConnect » :
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000030972764&dateTexte=&categorieLien=id
– Délibération (CNIL) n° 2015-254 du 16 juillet 2015 portant avis sur un projet d’arrêté portant création d’un traitement de données à caractère personnel par la direction interministérielle des systèmes d’information et de communication d’un téléservice dénommé « FranceConnect » (demande d’avis n° 15012943) :
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000030973293
Qu’est-ce que FranceConnect ? : https://doc.integ01.dev-franceconnect.fr/
Commentaire sur France Connect : http://www.silicon.fr/france-connect-authentification-unique-jo-etat-plateforme-123567.html
Autre commentaire sur France Connect : http://www.nextinpact.com/news/96092-le-deploiement-sso-france-connect-officiellement-autorise-par-arrete.htm
Commentaire sur le carnet de correspondance numérique : http://www.nextinpact.com/news/96066-bientot-carnet-correspondance-numerique-pour-collegiens-et-lyceens.htm?skipua=1
Le carnet de correspondance ? Il y a une application pour ça : http://www.lemonde.fr/bac-lycee/article/2015/08/13/le-carnet-de-correspondance-il-y-a-une-application-pour-ca_4723162_4401499.html#ZKY737vfgOzxJt8c.99
Quelques lectures complémentaires pouvant être utiles :
– Debarbieux Eric. Le professeur et le sauvageon [Violence à l’école, incivilité et postmodernité]. In: Revue française de pédagogie. Volume 123, 1998. La violence à l’école : approches européennes. pp. 7-19.
– Une belle généalogie de la montée du discours sécuritaire « De Chevènement à Sarkozy : genèse du consensus sécuritaire »http://lmsi.net/De-Chevenement-a-Sarkozy-genese-du
– Texte en ligne de Najat Valaud Belkacem de 2010 « le ministre et les sauvageons » http://www.najat-vallaud-belkacem.com/2010/06/07/desolante-actualite/

2 pings

  1. […] Tous fichés dès l’école. Plusieurs évènements techniques et réglementaires se sont produits au cours de l’été, en particulier entre le 16 juillet et le 10 aout. Entre un arrêté sur « France Connect » un autre sur le livret numérique « vie scolaire » (carnet de correspondance numérique) ainsi que les avis de la Cnil les concernant, (les liens sont en bas de cet article) on ne peut que s’interroger sur l’avenir du fichage des élèves, des jeunes, mais aussi de la population. Dans la lignée des nouvelles lois de sécurité, qui concernent justement la surveillance de la population par Internet, on peut s’interroger sur les instruments numériques mis en œuvre dans les établissements scolaires et au-delà et les conséquences que cela a sur les libertés individuelles et plus simplement sur le respect de la vie privée. […]

  2. […] Plusieurs évènements techniques et réglementaires se sont produits au cours de l'été, en particulier entre le 16 juillet et le 10 aout. Entre un arrêté sur "France Connect" un autre sur le livret n…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d bloggers like this: